Retour aux Editions

Voir la vidéo

Linda Asher, traductrice des Mémoires d'un paysan bas-breton

Rencontre avec la traductrice

 
La grande Dame
 
Le week-end du 4-5 octobre le centre Déguignet a reçu la visite de la traductrice américaine des Mémoires d’un paysan bas-breton. Le livre sort en anglais en février à New York. Après l’édition tchèque tout nouvellement publiée, le nom d’Ergué-Gabéric entame un périple mondial.

 

Linda Asher« Je veux voir Quimper toute seule. »  Linda Asher sait ce qu’elle veut : pas de comité d’accueil, pas de guide, je veux sentir la ville, dit elle par téléphone. Jusqu’au 3 octobre dernier, la traductrice américaine de Déguignet n’était qu’une adresse internet pour nous, et les seules relations nouées ne consistaient qu’en des renseignements techniques par rapport à la traduction. Nous avons été flattés qu’elle nous envoie un exemplaire de son travail pour une relecture avant publication. Il y a donc eu un vrai dialogue pour optimiser l’exactitude des mots employés, notamment ceux qui concernent les bretonismes, et le langage militaire. Nous avons eu l’impression que cette traduction n’était pas seulement un travail de commande, il y avait de la passion là-dessous.
 
 
Pourquoi Déguignet ?
Rendez-vous avait été fixé place Saint-Corentin, et la question me brûlait les lèvres : Pourquoi Déguignet ?
Linda me confie que pour cultiver son français elle regarde régulièrement TV5 la chaîne internationale des télévisions francophones. Elle a vu par hasard le reportage de France 2 sur les Mémoires. Ce qui l’a intéressée c’est la réussite de ce livre hors des sentiers battus par la grande édition parisienne.
 
« Pour une fois -dit elle- ce ne sont pas les snobs de la capitale qui font les succès littéraires.»  Elle a demandé à son éditeur de lui acheter ce livre au salon de Francfort ou l’institut culturel de Bretagne possédait un stand. Comme beaucoup elle se captivera pour les aventures de notre paysan du Guélennec : « Déguignet is unique, not only for being a literate peasant, but also for his skepticism regarding the church ; his interest in science, astronomy, and languages ; and for his keen –often caustic—observations of the world and people around him. » (Déguignet est unique non seulement pour être un paysan cultivé, mais aussi pour son scepticisme envers l’église, son intérêt pour la science, l’astronomie et les langues ; et pour sa vision souvent caustique du monde et de ses contemporains.)
 
 
Prix Franco-Americain de la traduction
Traductrice de Victor Hugo, Georges Simenon et Milan Kundera aux Etats-Unis, Linda Asher vient de recevoir le prix Franco-Américain de la traduction pour son travail sur La maladie de Sachs de Martin Winckler. Autant dire que son avis pèse. L’éditeur, Seven Stories Press à New-York fait confiance à sa traductrice vedette, l’affaire est conclue.
 
Découvrant la culture bretonne par Déguignet, Linda est inlassable de curiosité sur tout ce qui touche notre patrimoine. Ce qui l’a profondément marquée lors de sa visite du Musée breton, c’est la diversité des costumes et leur richesse, rien ne lui était étranger de nos modes glazik, melenik, bigoudenn, fouesn, les questions fusent, l’intérêt pour notre civilisation rurale est constant elle veut tout savoir tout comprendre.
 
 
De découvertes en découvertes
Norbert Bernard et Linda Asher
Au centre Déguignet, Norbert Bernard lui présente les précieux cahiers manuscrits, écrits qui lui sont familiers depuis de longs mois. C’est donc avec beaucoup d’émotion qu’elle tourne les pages des cahiers de notre compatriote. Elle veut tout voir : l’église, le presbytère, Kerdévot, Le Quélénnec, le Stangala, Lézergué ou elle apprécie l’accueil de l’hôte du lieu tout occupé au ramassage de pommes à cidre. 
 
Autre visite obligatoire : la maison d’édition An Here à Plougastel-Daoulas ou Cédric Sinou lui présente un florilège de la maison. Elle repart avec des livres pour enfants en breton pour ses petits-fils. Après une balade touristique dans la presqu’île de Crozon, c’est l’émerveillement pour le cimetière marin de Camaret et …les crêpes, sa grande découverte en Bretagne, surtout les crêpes de blé noir.
 
Mais l’endroit qu’elle ne voulait absolument pas rater, c’est le Yeun Elez. Par chance il fait beau, le Mont Saint Michel offre un panorama splendide ; la contrepartie c’est le marais qui paraît avenant, on a du mal à imaginer la bouche de l’enfer perdue dans les brumes ou surgit l’Ankou et les lavandières de nuit. Elle continue là sa recherche d’authenticité, ce ne sont pas les penn-ti retapés qui l’intéressent mais les vrais, les vétustes, sans velux, ceux qui laisse imaginer la dureté de la vie il y a un siècle,  ceux de l’époque Déguignet.
 
Au détour d’un sentier bourbeux de Botmeur, Linda nous confie : " aujourd’hui je suis ici dans un monde de paysans, demain je dînerai à Paris avec un académicien et après demain je serai dans mon appartement New-Yorkais ". Trois jours, trois mondes, trois cultures, ce qui n’aurait pas déplu à notre globe-trotter bas-breton. Ainsi va la vie pour notre visiteuse d’automne, ravie de son passage en Bretagne.
Memoirs of a Breton Peasant, sort à New York en février. Rappelons-nous les paroles prophétiques de Jean Marie Déguignet : « Mes écrits commencent déjà à produire … Ils pourront produire encore plus tard, dans cinquante ans, cent ans, mille ans et plus …»
 
Belle revanche posthume de notre Jean-Marie !
 
Bernez Rouz - 2004